Hôtel Madame Rêve, Paris

Paris compte un nouvel hôtel de prestige, Madame Rêve, niché dans le bâtiment iconique de l’ancienne Poste centrale du Louvre, dans le premier arrondissement. Un lieu unique dans la capitale. Huit ans de travaux auront été nécessaires à Laurent Taïeb, fondateur et architecte d’intérieur de ce sublime 5 étoiles,
pour donner vie à cet endroit chargé d’histoire, se l’approprier et le transformer en un cocon de luxe.
Dédié à une clientèle parisienne et internationale, Madame Rêve vous propose de vivre une expérience inédite
face à un panorama spectaculaire.
_____________________

Hôtel Madame Rêve, Paris
Groupe Laurent Taeïb
48 rue du Louvre 75001 Paris
+33 (0)1 80 40 77 70
contact@madamereve.com // www.madamereve.com

Crédits photos ©Jérôme Galland, Groupe Laurent Taeïb

Situé au cœur du 1er arrondissement de la capitale, le bâtiment de la Poste centrale du Louvre fut construit en 1886 par l’architecte Julien Guadet et inauguré pour la première fois le 14 juillet 1888, au début de l’Art Nouveau. Reconnaissable à son enveloppe en pierre monumentale et sa structure métallique aux dimensions hors normes, le bâtiment se déploie désormais sur neuf niveaux (quatre étages, deux sous-sols, deux entresols et une terrasse) pour un total de 32.000 m² de surface de plancher.
 
Le Groupe La Poste et sa filiale immobilière Poste Immo, maître d’ouvrage et propriétaire du site, ont engagé un vaste programme de modernisation pour adapter l’immeuble à son époque. L’architecte Dominique Perrault a été choisi pour concevoir la rénovation de cet édifice qui s’inscrit dans la dynamique de grands travaux engagée au cœur de Paris, avec notamment la Samaritaine, la Bourse de Commerce...

Ouvert sur la ville, avec un grand patio central, l’architecture contemporaine du nouveau bâtiment combine ainsi le patrimoine industriel et historique du site, et la mixité d’usages comme des commerces et des espaces de bureaux notamment.
 
C’est donc dans ce bâtiment emblématique de l'architecture haussmannienne que vient d’ouvrir Madame Rêve, qui se veut un lieu unique, hors du commun, avec pour ambition de devenir un symbole de la nouvelle hôtellerie hyper-luxe. Perché en haut de l’édifice historique, cet hôtel de luxe est une invitation à la joie de vivre, au plaisir, au désir et à l’évasion, comme l’a souhaité Laurent Taïeb, hôtelier français de renom et féru de design. Sur 7ooo m², il a imaginé, pour les parisiens, et les touristes du monde entier, 82 chambres et suites, un espace Bien-être, deux restaurants et un immense rooftop végétalisé, avec une vue inédite sur Paris.
 
"Madame Rêve, c’est un conte contemporain que j’ai imaginé pour moi et écrit pour les autres. (…) J’ai voulu raconter mon histoire, interpréter l’hymne de mon métier". Laurent Taïeb
 
Avant d’atteindre ce nouvel écrin de luxe, il faut d’abord entrer par une porte discrète, située à l'angle de la rue du Louvre et de la nouvelle rue Gutenberg (rue inexistante jusqu’à présent sur les cartes de Paris, puisqu’il s'agissait du quai de débarquement des camions de La Poste), qui débouche sur le lobby et l’impressionnant Madame Rêve Café. L’autre surprise se produit lorsque vous empruntez l’ascenseur qui vous transporte du XIXe au XXIe siècle en seulement trois étages. Vous débarquez à l’étage des chambres et découvrez une verrière géante végétalisée, sur deux niveaux, qui occupe l’ancien toit-terrasse du bâtiment et accueille les chambres et suites.
 
Madame Rêve comprend 82 chambres et suites, dont la grande majorité s’ouvre sur une belle terrasse (exceptionnel dans la capitale), donnant soit sur Beaubourg, la Tour Eiffel ou les toits de Paris. Certaines suites ouvrent sur le jardin intérieur. Laurent Taïeb a souhaité les regrouper sur un seul étage de 5000 m² aux côtés d’un restaurant avec terrasse.
Chaleureusement habillées de bois, toutes les chambres offrent une dimension enveloppante et luxueuse. Décorées dans un style contemporain faisant la part belle au mordoré, les chambres accueillent des œuvres de « Mail Art » inspirée par le courrier postal. Au sol, d’épais tapis dessinés par Laurent Taïeb, reprenant l’univers d’une enveloppe venue de loin, apporte de la chaleur aux parquets de bois massif. Les mosaïques en Zelliges ont été créées sur-mesure tandis que de lourds rideaux de velours habillent les fenêtres.
Côté rue, les chambres sont aménagées dans un style "sous les toits", avec de larges velux, dans des tonalités de bois et d'ambre qui évoquent des années 30 revisitées.
Côté cour, les chambres au style contemporain, disposent de leur propre loggia végétalisée.
 
 
Restauration & ambiance
- Madame Rêve Café, un lobby bar-restaurant avec terrasse situé au rez-de-chaussée (300 m²). C’est une immersion dans un univers presque irréel, tant ce décor rappelle les fastes d’une époque révolue. Cette nouvelle brasserie chic a été conçue par des artisans talentueux (Atelier de la Chapelle, Maison Henryot, Pierre Frey, Mathieu Lustrerie...) qui ont sublimé les matériaux les plus nobles tels que acajou, marbre et velours, afin de créer une atmosphère chic et élégante, entre lustres monumentaux, fausses colonnes, hauteur sous plafond et grandes baies vitrées en arc-de-cercle qui ouvrent sur la terrasse ensoleillée du Cours Gutenberg.
Un décor historique pour déguster une cuisine méditerranéenne d’aujourd’hui à toute heure de la journée. Service continu de 8h00 à 2h00 du matin.
 
- Le restaurant terrasse La Plume. Situé au même niveau que les chambres et suites, sur une surface de 3oo m², ce restaurant gastronomique et confidentiel ouvrant sur un patio arboré, constitue l’un des points forts de l’hôtel Madame Rêve. De partout, des vues à couper le souffle, avec en face, la vision impressionnante de l’église Saint-Eustache. Le restaurant offre un cadre exceptionnel et intimiste, où se mêlent les notes de cuivre, bois (chêne et noyer), les cuirs Edelman, ou les marbres Calacatta Oro. Le bar spectaculaire, étiré en U et taillé dans un marbre qui semble encore glacé de son extraction, diffuse une lumière gold champagne. La carte du restaurant propose des recettes inspirées d’un Japon contemporain réalisées par Benjamin Six, arrivant de Zuma Londres et Zuma Dubaï.
Déjeuner de 12h00 à 15h00 - Le bar à partir de 18h00 - Diner de 19h à 23h30. Ouverture le 25 novembre 2021.
 
- Le Roof, un bar en roof-top (500 m²) entouré d’un immense jardin bucolique (1000 m²) devrait ouvrir au printemps 2022.
 
 
Bien-Etre
Laurent Taïeb a pensé l’espace Bien-être comme un boudoir. Dès l’entrée, un vaste canapé donne le ton de ce boudoir civilisé avec vue dominante sur le péristyle de la Poste du Louvre et son hypnotique alignement de colonnes.

Sur une surface de 15o m², parsemée de photos rendant hommage au sport, l’espace Bien-être dispose de deux cabines de soins à la décoration intimiste et chaleureuse, d’une salle de fitness et d’un spectaculaire sauna aux bois clairs donnant sur les rues de Paris.
 
 
Laurent Taïeb
Né en Tunisie, Laurent Taïeb vivait à Paris, près des Puces de Saint-Ouen, où il s’est créé un univers fantasmagorique imprégné de style et de savoir-faire.

"Je déambulais parmi les stands, jonglant avec les genres, sautant d’une époque à l’autre comme sur un jeu de marelle imaginaire. C’est ici que ma nouvelle vie a commencé, où j’ai construit mon alphabet, créé mes esthétiques".

Après avoir essayé différents métiers, Laurent Taïeb ouvre en 1993 son premier établissement, le Café du Trésor.
 
Au gré des rencontres, il crée peu de temps après avec Alain Attal Les Productions du Trésor qui connaîtront rapidement le succès. Il réussit ensuite à convaincre Andrée Putman de penser avec lui le concept du restaurant Lo Sushi, avant de lancer la première table bio de Paris, avec Philippe Starck, le restaurant Bon.
 
 
En 2oo3, grâce à Yves Carcelle, alors PDG de Louis Vuitton, il installe, sous la spectaculaire verrière de la Samaritaine, le restaurant Kong et son bar.

En 2013, Laurent Taïeb répond à l’appel d’offre sur la restructuration de La Poste du Louvre, dessinée par Dominique Perrault, et accède en finale.
 
En 2016, son projet d’hôtel de 7 000 m², Hôtel Madame Rêve, ouvert sur la ville et offrant une part belle à la restauration remporte le concours ; Laurent Taïeb signe alors, en association avec Novaxia, l’un des plus beaux projets hôteliers de la capitale.
Retour