Rani Zakhem Collection Printemps-Eté 2018

Pour son premier défilé à Paris, à l'Hôtel Westin Vendôme, Rani Zakhem célèbre la vie et la joie en métaphores incandescentes. Le feu est l’élément essentiel de cette collection à la fois somptueuse et décontractée,
dédiée à une femme volcanique.
_____________________


Aussi dévorant qu’immatériel, l’élément sacré se décline en explosions pyrotechniques et cascades d’or, tracées par des broderies de cristaux arachnéennes sur la lave d’un fourreau noir dont le haut drapé se fend en un profond décolleté en "V".
 
Certaines créations semblent sculptées à même la lumière. Géométrie qui nous entraîne dans l’esprit discothèque des années 1970 avec de nombreuses références à Halston. L’or, subtil et poudré, sculpte un fourreau en mousseline doré à la feuille, au bustier noué en cache-cœur et dos profondément décolleté, hommage à Mireille Darc et élégante citation de Guy Laroche.
 
A l’évidence, le thème du feu, tantôt éteint et laissant de précieuses trainées de diamants dans la nuit de la soie ; tantôt liquide, bouillonnant en drapé de métal en fusion sur une robe courte à pan virevoltant, et tantôt doucement irisé de couleurs chaudes, n’est qu’un prétexte choisi par Rani Zakhem pour saluer les maîtres qui ont nourri sa vocation.
La collection présente des modèles qui font référence ici et là aux grands couturiers tels Jean-Louis Scherrer, Yves Saint Laurent, Balmain, ou Madame Grès.

Un caftan de satin noir, brodé sur les bords de sequins d’or et au bas de motifs de flammes, rappelle l’Orient natal de Rani Zakhem et joue les traits d’union entre ses multiples cultures.
 
La robe de mariée, longue et moulante, en dentelle chantilly d’un blanc fragile, souligne par sa précieuse simplicité le parti pris minimaliste d’une collection à fleur d’émotion.
 
Rani Zakhem
 
Né à Beyrouth au Liban, en 1983, Rani Zakhem grandit au Kenya, à Nairobi où sa famille émigre en raison de la guerre.
Là, entre les couleurs féeriques de la faune kenyane et les magazines de mode que son père ramène à sa mère de ses voyages, Zakhem se projette dans un univers glamour auquel il se promet d’appartenir un jour.
Rentré à Beyrouth avec sa famille en 1992, à la fin de la guerre, Rani Zakhem rejoint l’International College dont il sort diplômé en baccalauréat d’économie en 2001. Il enchaîne avec des études en architecture d’intérieur à la LAU (Lebanese American University) et obtient son diplôme en 2005.
Admis à Parsons, the New School for Design, à New York, il y parachève sa formation dans le domaine qui le passionne le plus : la mode. Titulaire d’un AAS au printemps 2007, il effectue des stages auprès de Yigal Azrouël, Carlos Miele, et Patricia Underwood.
Rani Zakhem fonde sa maison éponyme de Haute Couture en 2009.
En moins de dix ans d’existence, la griffe Rani Zakhem est présente dans le monde entier, de New York à Baku, de Riyadh a Abu Dhabi, en passant par Bahrain, Doha et Koweït.

 



 
Crédits photos : ©Rani Zakhem
 
 
 
Retour